French English German Italian Portuguese Russian Spanish

1.       

Deux sujets Indiens dont Monsieur GROVER, arrêtés par la Commission Nationale de Lutte Contre la Fraude Minière, ont été forcés de plier bagages pour achat et vente illicites de minerais, des actes qui violent systématiquement les lois congolaises, notamment le Code Minier. Ces deux Indiens sont passés aux aveux après interrogatoires.

Ces hommes, homme d’affaire pour l’un et expert en taillerie de diamant pour l’autre, n’avaient pas le droit d’œuvrer dans ce secteur en RDC.

La Commission Anti-Fraude que coordonne Monsieur Pascal NYEMBO, veut non seulement démasquer les entreprises fictives mais aussi tout individu qui se hasarderait de créer un réseau illégal pour piller les substances minérales ou toute autre richesse de la République Démocratique du Congo.


 
LUTTE CONTRE LA FRAUDE MINIERE

Les deux Indiens séjournent en République Démocratique du Congo avec des visas de touristes, mais ils ont été pris la main de le sac dans la vente et l'achat illégaux des diamants, comme le confirme Monsieur LOMBOTO, Chargé des investigations au Centre d’Expertise, d’Evaluation et de Certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses, CEEC en Sigle, qui déclare: «Ces Indiens ont été pris en flagrant délit en train d’acheter des diamants paisiblement sans  aucun document légal fourni par les autorités congolaises leur permettant de se livrer à l’achat et vente des diamants. Ces Indiens qui ignorent totalement les lois établies en RDC agissent en toute illégalité».

Opérant à Kinshasa dans l’immeuble Crow Tower à la Place BATELELA, sur boulevard du  30 juin, ces hommes ont été appréhendés par les éléments de la Commission Nationale du Lutte contre la Fraude Minière, CNLFM en sigle, coordonnée par le Directeur Général-Adjoint du CECC Monsieur Pascal NYEMBO. Monsieur GROVER, sujet indien, opérateur économique comme son passeport l’indique, reconnait le fait et demande pardon. Cependant la Loi Congolaise n’interdit pas aux investisseurs expatriés d’opérer dans ce secteur; la condition majeure c’est de respecter les lois de la RDC, ce qui n'est pas le cas de ces derniers qui ont même initié des Congolais.

Pour le Chargé des investigations au Centre d’Expertise, d’Evaluation et de Certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses, des sanctions s’imposent.

Le CEEC qui milite pour la protection des minerais de la RDC, fait de la lutte contre la fraude minière son cheval de bataille et la traque aux trafiquants de minerais ne fait que commencer.

Par Nadine MOFILA.

 

 

©ceec 2015 -- Designed by HT2 techinfo